Festival d’Avignon jusqu’au bout des contes

Notre histoire est une marmite à confiture où deux hémisphères de pommes pas pelées refusent de compoter, de rendre leur jus, de faire tambouille.

Simon Falguières définit ainsi Nid de cendres, épopée en 7 chants, indépendants les uns des autres. D’épisode en épisode l’on suit Gabriel, abandonné par ses parents à une troupe de comédiens et la Princesse Anne confrontée à la folie de son père.

Pour cette fresque qui mobilise 56 personnages, 240 costumes habités par 16 comédiens, Simon Falguières convoque sa passion pour Homère, Sophocle, Shakespeare mais aussi sa confiance sans faille à l’égard de la vitalité des acteurs, la force des contes, la magie du théâtre. Ébauché sur un tréteau au cœur d’un jardin quelque part en Normandie, Nid de cendres s’installera l’été prochain dans une boîte noire. Cette précision et l’ampleur du projet donnent quelques indices sur le lieu de sa création.

Le 19 octobre Simon Falguières fut au centre de la première Rencontre de la FabricA de la saison. L’occasion d’un dialogue avec un artiste marqué à tout jamais par ses origines et ses souvenirs des Festivals passés.

Interview de Simon Falguières lors de la Rencontre à la FabricA d'octobre 2021.

Retour à la liste des articles