Un dieu un fantôme un requiem

Actualité du 25/10/2022

Comment porte-t-on des deuils sans que la mort soit intervenue ?

La question sous-tend le poème sans dialogue, écrit à la première personne du singulier par Étienne D. Michel. Le texte chronique une amitié inscrite une ville (Marseille), une époque (1989-2021) et ses archétypes culturels.

Passé par le slam, Nicolas Rochette signe une adaptation à trois voix (Tony, une femme, un homme de ses amis), dans laquelle la musique constitue un vecteur essentiel. De la recherche au plateau émerge une hybridation entre les années 90 et 2000 qui questionne les rapports au collectif, la résistance d’une amitié, les processus de deuil, confrontés à l'avènement de nouvelles technologies et l'émergence des cultures urbaines.

Plus de détails avec Nicolas Rochette et Etienne D. Michel (auteur-acteur).

8

Le dieu de la fête, vendredi 28 octobre 21H, Théâtre des Carmes Avignon.

Plus d'informations: http://www.theatredescarmes.com/

Photographies: Adrien Daricau.

Retour à la liste des articles